A la fin de son précédent album piano-voix Monochrome, ROUGGE proposait un morceau bonus entouré de deux violons et d'un violoncelle.

Aujourd'hui, ce nouvel EP intitulé CORDES est une suite donnée à cette première ouverture: un enregistrement qu'il a entièrement arrangé pour piano, voix et un quintet de cordes, afin de poursuivre l'expérience et d'en explorer davantage la forme.

 

Son écriture s'est donc faite comme une recherche tentant de capter au mieux les variations, les nuances et toute la richesse que ces instruments pouvaient transmettre à sa musique.

 

L'enregistrement débute avec des cordes qui grincent, frottent, frappent et se révèlent en premier par leur matière. Puis le dialogue avec le piano et la voix naît et se développe en de multiples directions: des arrangements denses confinant parfois  à l'ostinato, des coups d'archets nerveux contrastant avec la légèreté des pizzicati ou la vibration des trémolos, parfois même l'expressivité chantée des cordes qui permet à la voix de devenir simple murmure.

 

Cet EP est donc pour ROUGGE le résultat d'une expérience humaine et esthétique nouvelle et riche. Une rencontre qui lui aura permis de sortir un temps du minimalisme affirmé de son projet artistique  et de montrer une autre facette de son travail de compositeur.


L'un des morceaux de cet EP est aussi l'occasion d'une nouvelle collaboration par l'image avec le  travail du photographe Vincent Munier. (2ème vidéo ci-dessous)

At the end of his latest Monochrome piano-voice album, ROUGGE proposed an additionnal track with two violins and a cello.

 Today, this new EP called CORDES is a sequel to this novelty: a recording that he had entirely arranged for the piano, the voice and a string quintet in order to continue the experience and to further explore its form.

 

Then its composition has been a search trying to catch at best the variations, the nuances and all the richness that these instruments could bring to his music.

 

The recording begins with strings that creak, rub, strike and at first reveal themselves as matter. Then the dialogue with the piano and the voice appears and grows in many directions:  dense arrangements verging sometimes on ostinatos, nervous bow strokes contrasting with the lightness of the pizzicati or the vibration of the tremolos, and even sometimes the singing expressiveness of the strings that allows the voice just to become a mere whisper.

 

Thus, for ROUGGE, this EP is the result of a new and rich human and aesthetic experience. A meeting that lead him to get away for a moment from the deliberate minimalism of his artistic project and to show an other facet of his composition work.

One of the tracks of this EP has also been an opportunity for a new collaboration with the photographer Vincent Munier's work. (2nd video below)


Photographies: Vincent Munier